A qui la technique Alexander 
s'adresse-t-elle ?

La technique Alexander a une vocation préventive. Elle permet à chacun d'optimiser l'usage global de son organisme afin d'éviter certains troubles spécifiques en apparence localisés. Si ces troubles sont déjà présents, il ne s'agit pas d'apporter de solution directe à ces troubles mais de travailler sur l'usage global de soi pour voir éventuellement ceux-ci diminuer ou disparaître de manière indirecte. La technique ne se substitue pas à un diagnostic ou soin médical pour un trouble spécifique. Elle peut avoir par voie de conséquence un effet curatif indirect ne serait-ce que par la réduction des pressions excessives exercées sur les organes (coeur, poumons, estomac, intestins, etc) qui nuisent à leur fonctionnement. 
 
Elle peut donc aider, de manière indirecte, les personnes souffrant de certains maux chroniques ou de troubles de fonctionnement (causés ou amplifiés par un mauvais usage) comme :
Elle s'adresse aussi :
 
Aux personnes en convalescence ou rééducation à la suite d'une maladie, d'un accident ou d'une opération en complément des méthodes habituelles. 
 
Aux personnes agées pour améliorer la mobilité, l'équilibre, diminuer les risques de chutes.
  
Aux femmes enceintes qui trouvent avec cette  technique des outils précieux afin par exemple de prévenir des maux de dos pendant la grossesse mais aussi de faciliter l'accouchement
 
Aux enfants dans un souci de prévention des risques liés à un usage inapproprié et aussi afin de leur permettre de réaliser leur potentiel. 
 
Aux établissements d'enseignement (à tout âge) qui souhaitent donner un outil essentiel de développement à leurs élèves.

Aux employeurs qui souhaitent s'orienter vers une démarche de prévention vis à vis de leur personnel.

Aux hôpitaux et cliniques pour ce qui concerne la rééducation ou la prise en charge de la douleur.

Cette  technique permet à chacun d'améliorer son efficacité dans toute activité. Elle s'adresse donc également aux personnes désirant optimiser leur performance :
  • Au travail
  • Dans les arts (danse, chant, musique, théâtre, cinéma, arts martiaux, yoga, etc )
  • Les sports
Certains physiothérapeutes ou kinésithérapeutes utilisent la Technique Alexander comme complément à leurs outils de rééducation musculosquelettique.

Quelque soit le but pour apprendre la technique Alexander, le travail passe toujours par un travail de rééducation global dont la base est l'utilisation adéquate du contrôle primaire (l'antagonisme primordial entre la tête le buste et les membres).  

La Technique fait partie intégrante de l'enseignement offert dans plusieurs universités et conservatoires dans le monde, dont le Conservatoire de musique de Bruxelles, la Julliard School of Performing Arts de New York, la Royal Academy of Dramatic Arts de Londres, le National Youth Training Choir and National Youth Choir en Angleterre.

En France, elle est enseignée à l'Orchestre National de Lille, au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, à l'ENSATT à Lyon, à la Maîtrise de Radio-France, au CEFEDEM de Normandie, au CCN de Rillieux-la-Pape, à la HEAR — la Haute Ecole des Arts du Rhin — ainsi qu'à l’Ecole Supérieure de Musique Bourgogne-Franche-Comté, au Pôle sup'93, dans divers conservatoires et écoles de théâtre de province.
 
La technique Alexander s'adresse également aux personnes engagées dans une démarche de développement personnel. Puisque cette technique permet d'améliorer notre usage et que l'usage conditionne notre fonctionnement, on se rend compte au fur et à mesure des leçons que beaucoup d'aspects s'améliorent indirectement même si on ne soupçonnait pas qu'ils puissent être améliorés. La vision devient meilleure, la capacité respiratoire augmente, nous avons plus de recul, de résistance face aux situations stressantes par exemple. 









 
 









Vidéo sur l'usage des principes de la Technique Alexander 
pour la performance artistique